• la Coiffeuse romantique.
     
    (cliquer sur les photos pour les agrandir)
     

    Vue d'ensemble.
    Là encore, je suis partie de l'idée de réaliser un meuble ; j'avais envie de réaliser une coiffeuse ancienne à l'aspect désuet et romantique.
    Celle-ci est en fait un mix de plusieurs meubles aperçus sur Internet.
    Il s'agit là encore d'une mini-vitrine, garnie d'une multitude d'objets, principalement constituée d'une coiffeuse remplie de maquillages et de bijoux.
    En tout, une soixantaine d'éléments la compose.
    La totalité des tiroirs ont été conçus articulés au départ.  Mais, au final, certains tiroirs ont été collés.
    Seules deux tiroirs sont laissés ouverts : le grand tiroir central est ouvert tandis que l'un des petits tiroirs est seulement entrouvert.

     

    Vue d'ensemble.
    Le sol en "moquette" est un morceau de feutrine grise.
    Les murs sont recouverts d'un imprimable trouvé sur Internet, dont j'ai éclairci la teinte, imprimé et collé avec de la colle vinylique diluée à l'eau.
    Des plinthes en Balsa teintées au Brou de noix ont été ajoutées.
    Deux petites étagères en Balsa sur lesquelles sont posés une trousse à maquillage, des bouteilles de parfum et des pinces à cheveux agrémentent le coin gauche.
    Un sac à main cousu main, avec à l'intérieur un portefeuille, un agenda et un stylo, et une paire de mules à "poils" roses sont posés sur le même coin gauche.

     
      La coiffeuse.
    Ce meuble m'a donné bien des difficultés.
    Première difficulté :
    N'ayant pas réussi à sculpter les pieds dans du Balsa et n'ayant pas d'autre bois à disposition, j'ai dû me rabattre sur la Fimo pour faire une partie des pieds.
    Je me suis servi d'un gabarit en carton pour avoir la même forme pour les 4 pieds.
    Deuxième difficulté :
    J'ai également dû modeler
     un prototype pour la tête des cygnes afin qu'ils soient semblables. En effet, je doutais de pouvoir reproduire deux fois la même chose.
    J'ai donc créé un prototype dont j'ai fait un moule pour pouvoir faire le deuxième à l'identique.
     

    La coiffeuse.
    Troisième difficulté :
    Enfin, j'avais commencé à faire le miroir ovale, mais j'ai dû finalement le refaire et le faire rond.
    En effet, j'avais fait une forme ovale, entouré d'un relief torsadé, mais le papier miroir ne donnait pas du tout l'effet escompté.
    J'ai dû me rabattre sur un miroir trouvé dans une boîte de blush.
    On peut voir l'ovale en question accroché au mur du fond.
    Il a été recyclé en cadre avec un angelot.
    La coiffeuse est réalisée en Balsa, certaines parties sont teintées au Brou de noix et cirées, d'autres parties sont peintes en blanc, et en Fimo pour les pieds, le pourtour du miroir et les cygnes.

     
     
    Vue d'ensemble.
    Le cadre pendu au mur du fond est un ovale en Fimo, le tour est fait avec de la ficelle à rôti torsadée et peint en acrylique écrue.
    Les deux angelots dorés sont faits main, à partir un prototype modelé dans de la Fimo.
    Un moule en Siligum a ensuite été fait à partir de ce prototype, car je voulais pouvoir refaire ce genre d'angelots pour d'autres vitrines.
    Le sac est fait avec la couverture plastique d'un vieil agenda et cousu main, sa boucle est un fermoir de montre usagée.
    Pour avoir essayé et avoir rencontré pas mal de difficultés avec cette matière, je conseillerais plutôt de faire ce genre d'objets avec du Skivertex.

     

    Le maquillage.
    Le maquillage est réalisé en Fimo.
    Le "truc" est de modeler et cuire d'abord les parties colorées (fard et blush).
    Puis de créer la boîte, dans laquelle on va enfoncer ces parties colorées.  On passe l'ensemble au four.
    On vient compléter le tout en collant un morceau de Rhodoïd sur le dessus, en guise de couvercle transparent.
    On procède de même avec les tubes ouverts de rouge à lèvres.
    On commence par modeler et cuire le cylindre de rouge.
    Pour plus de réalisme, on colle à sa base une feuille d'alu et un fois sec, 
    on vient enfoncer le tout légèrement dans le cylindre noir figurant l'étui.  Inutile de chercher à l'enfoncer complètement sous peine de déformer l'étui.

     
      Le maquillage.
    Les crayons sont des gaines de fils électriques vidées de leur contenu (fins fils métalliques).
    A la place, j'ai enfoncé un morceau de cure-dent, limé en pointe à l'extrêmité et coloré avec du feutre pour figurer la mine.
    Le tube de mascara est un boudin de Fimo noire.  Alors qu'il n'était pas encore cuit, j'ai entouré celui-ci d'un fin fil métallique (de ceux pour faire des bijoux en perles), j'ai serré un peu pour creuser le boudin à l'endroit de son ouverture.
    J'ai ensuite cuit le boudin au four, puis j'ai collé le morceau de fil métallique pour faire la colerette au niveau de l'ouverture du tube de mascara.
    Le rouge à ongles est fait d'une perle de rocaille transparente, dans laquelle j'ai enfoncé un morceau de cure-dent peint en noir (rien ne vous empêche de faire l'extrêmité avec de la Fimo noire plutôt qu'avec un cure-dent).
       

    Les bijoux.
    Les bijoux sont réalisés en Fimo et en fil métallique.
    L'attache des boucles d'oreilles est faite exactement de la même manière que les vraies au 1/1.

    Les accessoires.
    L'une des brosses à cheveux est réalisée en Fimo avec des poils de brosse à dents plantés dedans, tandis que l'autre est faite avec un morceau de brosse à mascara (tutoriel
     brosse à cheveux disponible dans la rubrique "Tutoriaux").
    Le peigne est réalisé en Fimo.
    Une pince à épiler est découpée dans un couvercle de boîte de conserves.

     
     

    Les étagères.
    Sur l'une des étagères, une trousse à maquillage comprenant des crayons Khôl, un pinceau à blush.  La boîte de blush est posée sur le côté.
    Sur l'autre, 3 bouteilles de parfum et 2 pinces à cheveux.
    Deux des bouteilles de parfum sont des perles, la troisième est découpée dans l'extrémité d'un stylo bille.

    Les angelots.
    Les angelots ont été faits main, à partir d'un prototype réalisé en Fimo dont j'ai tiré un moule en Siligum.

     

    Le sac à main.
    Le sac à main est cousu main et réalisé dans une couverture plastique d'agenda.
    Je ne conseille pas du tout ce matériau, trop rigide pour être travaillé facilement.
    Mieux vaut probablement utiliser du Skivertex.


    1 commentaire
  • la Pagode asiatique.

    (cliquer sur les photos pour les agrandir)

    Vue d'ensemble.
    Il s'agit d'une mini-vitrine (le sol est un carré 13 cm x 13 cm) réalisée dans une cage à oiseau en bois récupérée à la "poubelle".
    Celle-ci était en très mauvais état.  Cassée par endroit, j'ai du reconstruire à la pâte à bois les parties endommagées ou manquantes.
    J'ai scié la majeure partie des barreaux, ne laissant que ceux du haut, rebouché les trous à la pâte à bois.
    J'ai construit un fond pour le sol (il n'y en avait plus du tout), ajouté un mur en Isorel à l'arrière et 3 vitres (devant et sur les côtés) pour la protéger de la poussière. J'ai construit un toit en adaptant la technique du papier mâché, que j'ai collé sur les barreaux du toit.
    J'ai ensuite recouvert le papier mâché de carton ondulé marron-rouge pour figurer le toit.
    Pour terminer, j'ai entièrement repeint la cage en laque noire.

     

    Vue d'ensemble.
    Pour faire le contraste avec le boîtage sufisamment "chargé", j'ai voulu cette scène plus épurée que les précédentes.
    C'est pour cette raison que cette vitrine comporte nettement moins d'éléments que mes autres vitrines.
    Celle-ci s'articule uniquement autour de deux meubles : un bureau et une chaise d'inspiration asiatique, en laque rouge.
    Une lampe de bureau, une statue de Boudha, un cahier, un stylo bille et un ouvre-lettres sur le bureau.
    Au mur, une lithographie qui signifie "grande chance".

      
    Vue d'ensemble.
    Le mur du fond est recouvert de papier intissé blanc.
    Le sol est un parquet de Balsa teinté au Brou de noix foncé.  Il est volontairement abîmé et vieilli.
    Les couleurs choisies sont le rouge framboise pour le mobilier (bureau et chaise) et le blanc et vert pour la décoration (lampe de bureau, lithographie, stylo bille, rembourrage de la chaise).
    Au vu des dimensions du boîtage (13 cm x 13 cm), j'ai là aussi dû travailler à une échelle plus petite que le 1/12 (entre le 1/13ème et le 1/14ème), l'objectif premier étant que le bureau entre dans le boîtage en laissant une petite marge de chaque côté.
      

    Vue sans boîtage.
    La vitrine étant difficile à photographier, à cause de ses 3 vitres qui réfléchissent excessivement la lumière, je mets également des photos de la vitrine une fois le boîtage enlevé.
    Ca tombe bien, la boîte s'enlève par le haut !
    Je suis donc parti du bureau et j'ai construit la chaise "au pifomètre" en fonction de celui-ci.
    D'ailleurs, j'en avais fait une première version qui ne collait finalement pas aux dimensions du bureau.  Je la garde pour une prochaine vitrine.
    Les meubles sont conçus sur le même style que ceux de la vitrine "Ambiance zen".
    Vous pouvez retrouver le tutoriel pour réaliser la chaise et le bureau dans ce blog.

     
     

    Vue sans boîtage.
    Le bureau rappelle le style "pagode" des meubles de la vitrine "Ambiance zen".
    La chaise a également été compliqué à réaliser, en raison de ses formes arrondies (les accoudoirs, les pieds et même le dossier ne sont pas droits).
    Elle comporte un rembourrage blanc et vert, rappelant les couleurs des éléments de décoration (lampe de bureau, stylo bille et lithographie).
    Ce mobilier est constuit en Balsa laqué rouge.
    D
    es plaques "de cuivre" découpées dans une boîte de conserves ainsi que des fils de cuivre composant les poignées du bureau complètent le style.
    Vous pouvez retrouver le tutoriel pour réaliser la chaise et le bureau dans ce blog.

          
    Le bureau articulé.
    Le bureau est, à l'origine, entièrement articulé (y compris le tiroir central).
    Ce n'est que lorsque tous les élements ont été terminés que j'ai finalement choisi de coller les tiroirs afin qu'ils ne s'ouvrent pas et restent fermés.

    Vous pouvez retrouver le tutoriel pour réaliser cbureau dans ce blog.
     
    Sur le bureau.
    Sur le bureau sont posés :
    * une lampe de bureau entièrement réalisée en Fimo,

    * un ouvre-lettres en fil d'étain aplati à la pince,
    * un cahier à spirales fermé,
    * un stylo bille réalisé à partir d'un stylo bille au 1/1 recouvert ensuite de Fimo verte et blanche,
    * un Boudha entièrement réalisé en Fimo.
     
             
    Le Boudha.
    Le Boudha est entièrement réalisé en Fimo.
    Il m'a demandé pas mal de patience.
    Dans sa main gauche une perle de rocaille dorée, dans l'autre un panier avec une autre perle de rocaille doré.
     

    3 commentaires
  • le Roulé boulé.

    (cliquer sur les photos pour les agrandir)

    Vue d'ensemble.
    Après avoir fait deux vitrines pour ma soeur, je voulais faire une vitrine pour ma mère.
    Il s'agit de la vitrine une fois refermée, avec son cadre.
    Pour réaliser le boîtage, je me suis servi de fonds de tiroirs usagés, matière appelée Isorel (je savais bien que j'avais raison de les garder et qu'ils allaient me servir un jour !) et d'un cadre du commerce.  J'ai recouvert le boîtage extérieur de papier peint marron foncé.
    Cette vitrine m'a été inspirée par Manon : http://www.reves-en-miniature.com (cf. rubrique "Galerie" "2004") et sa déclinaison d'une table de cuisine en 7 versions différentes.
    J'ai mis d'autres photos ouvertes et sans cadre afin que vous puissiez mieux voir l'ensemble des éléments qui composent cette vitrine.

     

    Vue d'ensemble.
    Cette vitrine représente la préparation d'un gâteau et a été faite en raison d'un bon souvenir d'adolescence d'un Roulé que ma soeur avait voulu confectionner et qu'elle avait lamentablement laissé tomber sur le sol une fois fini.
    D'ou le nom de "Roulé boulé" ; car une fois cuisiné et roulé, il a "boulé" sur le sol.
    Nous n'avons donc jamais pu le manger ... pourtant ce gâteau avait l'air tellement bon et réussi !
    Cette vitrine comporte également beaucoup d'objets et notamment de la vaisselle puisqu'il s'agit de cuisine.
    Ma mère m'avait donné sa vieille montre usagée puisqu'elle sait que je fais de la récup' pour fabriquer mes vitrines et que je suis justement friande de ce genre d'objets.  J'ai replacée celle-ci dans cette vitrine.

     

    Vue d'ensemble.
    Cette fois, il s'agit d'une vue sans le cadre.
    C'est une petite vitrine, certes, mais très largement remplie, notamment de vaisselle et d'ustensiles de cuisine.
    Le sol de la vitrine est constitué de carrelage réalisé en cartonnette peint en jaune.
    Le papier peint "bambou" vert nil sur fond blanc a été trouvé sur Internet, imprimé, puis collé avec un mélange de colle vinylique et d'eau.

    C'est cette vitrine qui m'a donné l'occasion de commencer à créer mes propres imprimables alimentaires (paquets de farine, de sucre, ou de beurre, brique de lait) .

     

    Vue d'ensemble.
    Côté meubles, on distingue :
    * une table de cuisine,
    * une chaise en Formica,
    * un meuble de rangement suspendu,
    * une étagère à épices et à ustensiles de cuisine.
    Le tutoriel et plans de la table de cuisine sont disponibles dans la rubrique "Tutoriaux" de ce blog.

    Côté décoration, on distingue :
    * deux cadres "nature" accrochés au mur,
    * une petite pendule sur son étagère, confectionnée avec la montre usagée de ma mère, entourée de pâte autodurcissante à l'air peinte en bleu avec liseré blanc une fois sèche.

     

    Le côté gauche.
    Accrochée sur le côté gauche de la vitrine, une petite étagère à épices et ustensiles de cuisine.
    Celle-ci est construite en Balsa, peinte en blanc, la technique du serviettage a été utilisée pour la décorer de roses.
    Les deux tiroirs sont de faux tiroirs et ne s'ouvrent pas.
    On y distingue :
    * des pots de sucre et de café, faits d'un mélange de tube plastique de stylo bille coupé à la scie, collé sur un cercle de cartonnette et chapeauté de pâte Fimo blanche,
    * une louche, un écumoir et une spatule (cf. explications ci-après).

      

    *********
    L'écumoir.
    L'écumoir est fait d'un socle pour faire des bagues en perles, d'un tronçon de fil d'étain de 2 mm et d'un manche en pâte Fimo marron.

    Pour le corps de l'écumoir, recouper les bords du socle pour bague en perles pour rendre son diamètre plus petit.

    Pour le manche de l'écumoir, procéder exactement de la même manière que pour le manche de la louche (tronçon de fil d'étain et boudin de Fimo marron).

    **********
    La louche.
    La louche est faite d'une extrémité en Fimo, d'un tronçon de fil d'étain et d'un manche en pâte Fimo marron.

    Pour le corps de la louche :
    On prend une petite portion de Fimo (qu'importe la couleur) qu'on aplati en une fine "galette". 
    On met cette galette en forme sur une grosse perle.
    On coupe au scalpel et on lime pour avoir un bord régulier.

    Pour le manche de la louche :
    On coupe un tronçon de fil d'étain de 2 mm qu'on aplati d'un côté.  Ce côté aplati sera collé sur l'extérieur du bord du corps de la louche en Fimo, une fois cuit.
    J'ai fait un fin boudin de pâte Fimo marron pour le manche.
    J'ai planté l'autre extrémité du tronçon de fil d'étain sur un boudin de pâte Fimo marron, afin de préformer le trou où viendra se loger le fil d'étain.
    Cuire les différentes parties en pâte Fimo.
    Assembler les différentes parties : le bord aplati du fil d'étain collé sur le bord extérieur du corps de la louche et l'autre extrémité du fil d'étain enfoncé dans le boudin marron.
    Pour finir, on repeint le corps de la louche et le manche en étain avec de la peinture pour maquette couleur métal.

    **********
    La spatule.
    La spatule est faite d'un tronçon de fil d'étain plus long que pour les précédents tronçons.

    Pour le corps de la spatule, aplatir l'un des côtés du fil d'étain sur quelques centimètres (tenir la pince à aplatir de biais et procéder par de très légères pressions régulières en bougeant tout du long, cf. tutoriel pour faire des couteaux, cisailles, etc. dans ce blog), puis limer les côtés pour rendre le tout bien droit.    

    Pour le manche de la spatule, enfoncer le côté non aplati du tronçon de fil d'étain dans le boudin de pâte Fimo marron.

    Comme j'ai choisi de suspendre ces ustensiles aux crochets de l'étagère, j'ai fait un trou avec une aiguille à l'extrémité du boudin de pâte Fimo marron avant cuisson, afin de pouvoir y passer un fil.

    Le balai, le ramasse poussières et la chaise.
    Le balai est fait des poils d'un vrai balai coco, collés sur un socle en Balsa dans lequel j'ai enfoncé et collé un manche taillé dans un pic brochette.
    Le ramasse poussières est entièrement fait en pâte Fimo blanche et sali par des cendres.
    La chaise est faite de tronçons de tubes d'alu tordus avec les doigts (car la pince à aplatir aplatit mais surtout casse le tube), de morceaux de pâte Fimo blanche aplatis au rouleau puis découpé au scalpel selon la forme désirée, des lamelles découpées dans un rouleau de chatterton sont collées sur le pourtour de l'assise, du dossier en Fimo et autour des pieds de la chaise.

     

    La table garnie.
    La table est faite de Balsa, teintée au Brou de noix.
    S
    es carrelages blancs sont faits en coupant un carré dans le plastique du fond d'une barquette de saucisses (tutoriel Table de cuisine dans la rubrique "Tutoriaux" de ce blog).
    C'est de la réalisation de cette mini-vitrine qu'est venue, pour moi, la nécessité de créer des imprimables (imprimables pâtisserie), les trop rares imprimables trouvés sur le Net ne me satisfaisant pas au niveau netteté et/ou praticité.
    Un tutoriel Fouet ménager est disponible dans la rubrique "Tutoriaux" de ce blog.

     

    La table garnie.
    On peut y voir :
    * un saladier avec une cuillère en bois (il y reste de la pâte),
    *
    un grand bol carré avec sa cuillère (il y reste du chocolat),
    *
    un pichet doseur (il y reste un peu de lait),
    * un rouleau à pâtisserie en bois,
    * un couteau (rubrique "Tutoriaux" de ce blog),
    * un fouet ménager en métal (rubrique "Tutoriaux" de ce blog),
    * un plat avec poignets en métal,
    * un torchon à carreaux,
    * une spatule en bois pour étaler le chocolat,
    * des oeufs,
    * une plaque de chocolat,
    * un livre de cuisine,
    * une balance de cuisine (rubrique "Tutoriaux" de ce blog),
    * un gâteau en cours de préparation : roulé au chocolat.

    Pour les imprimables (imprimables pâtisserie), on peut y voir :

    * un paquet de farine,
    *
    un paquet de sucre en poudre,
    * une plaquette de beurre,
    * un litre de lait.

    Pour le saladier et le bol carré, j'ai simplement appliqué de la pâte autodurcissante sur des grosses perles en bois.  J'ai laissé sécher et j'ai démoulé.
    Un coup de ponçage au papier de verre, une touche de peinture acrylique et le tour est joué.

    Le couteau a été réalisé en fil d'étain (tutoriel Couteaux, cisailles dans la rubrique "Tutoriaux" de ce blog) et la cuillère également.

    Le plat à gâteau a été confectionné avec du bristol repeint ensuite à la peinture métal pour maquette, les poignets sont en fin fil d'étain.

    La spatule, la cuillère en bois et le rouleau à pâtisserie sont sculptés dans du bois (Balsa ou tige de grosse sucette pour le rouleau à pâtisserie).

    La plaquette de beurre et la plaque de chocolat sont modelées dans de la pâte Fimo, les oeufs dans de la pâte autodurcissante à l'air et le gâteau est un mélange pâte Fimo/pâte autodurcissante à l'air.

    Le pichet doseur a été découpé dans un capuchon de stylo feutre. Un imprimable "graduation" a été collé à l'intérieur.

    Le torchon à carreaux provient d'un vieux chemisier Barbie que j'ai sacrifié.

    Le livre est un imprimable, les pages sont de vraies feuilles de papier.

    La brique de lait, le paquet de sucre en poudre, le paquet de farine, l'emballage de la plaquette de beurre sont réalisés avec les Imprimables libres (imprimables pâtisserie dans la rubrique "Imprimables libres" de ce blog).

    Le tout "mis en forme" avec du papier froissé pour l'intérieur du paquet de farine, du carton mousse ou des chutes de planchettes de Balsa collées ensemble pour le paquet de sucre ou la brique de lait, un carré de pâte autodurcissante pour la plaquette de beurre.

    La balance de cuisine a été faite en pâte Fimo, avec un capuchon plastique sur le dessus (découpé dans du produit maquillage) (tutoriel Balance de cuisine dans la rubrique "Tutoriaux" de ce blog).

    L'armoire murale.
    Je vous ai mis une photo de l'armoire murale ouverte (sans les portes) afin que vous puissiez mieux voir ce qui a été placé dedans.

    On peut y voir :
    * des tasses à café,
    * des assiettes,
    * des verres,
    * un blender ou mixeur (tutoriel dans la rubrique "Tutoriaux").

     

    L'armoire murale.
    Une photo de l'armoire murale terminée.
    * Pour les tasses, j'ai appliqué de la pâte autodurcissante à l'air sur des perles fantaisies.  J'ai attendu le séchage, j'ai démoulé. 
    Un coup de papier de verre pour l'extérieur, de la peinture acrylique blanche et bleue et le tour est joué !
    * Pour les assiettes (tutoriel Assiette en pâte autodurcissante), j'ai "découpé" une forme ronde d'approximativement 2,2 cm (avec l'aide d'un capuchon de produit de maquillage) dans de la pâte autodurcissante à l'air.
    J'ai pris un gros bouton fantaisie dont j'avais, au préalable, rebouché les trous avec de la pâte autodurcissante à l'air et j'ai appuyé sur mon espèce de galette. Un coup de ponçage pour le "cul" de l'assiette, de la peinture acrylique blanche et bleue et le tour est joué !
    * Pour les verres, j'ai découpé des cartouches d'encre vides (pour stylo plume).

     

    La vaisselle.
    Une vue sur les assiettes et les tasses que j'ai faites.

    * Pour l'assiette (tutoriel Assiette en pâte autodurcissante) :
    J'ai fait une galette relativement épaisse de pâte autodurcissante à l'air d'approximativement 2,2 cm de diamètre.
    J'ai pris un bouton fantaisie, dont j'ai rebouché, au préalable et bien avant les trous avec de la pâte autodurcissante à l'air (il faut que ça soit sec avant de se servir du bouton).
    J'ai appuyé sur la galette de pâte mon bouton et je l'ai laissé dessus.  J'ai attendu que ça soit bien sec et j'ai "démoulé".

    Un autre tutoriel Assiette en Fimo est également disponible dans la rubrique "Tutoriaux" de ce blog.

    Avec une fine lime en métal et du papier de verre, j'ai peaufiné par ponçage l'en-dessous de mon assiette.  Je voulais une vraie forme d'assiette.
    De la peinture acrylique blanche et bleue et le tour est joué !
    L'empreinte en relief du bouton fantaisie permet de "dessiner" sur l'assiette .
    Il suffit de prendre un pinceau imbibé au préalable de peinture et de l'essuyer un peu afin que le pinceau soit presque sec (pas trop de peinture sur ses poils) et de passer ce pinceau en surface (pas de front mais plutôt en biais) là où ont été incrusté les arabesques.
    J'ai fait un moulage du dessous d'une assiette avec du latex afin de voir si je peux me resservir de ce moulage pour faire mes futures assiettes de manière plus rapide et instantanée.
    J'espère ainsi qu'avec ce moulage, en disposant cette fois une galette plus fine de pâte Fimo sur celui-ci, en me servant du bouton fantaisie pour l'empreinte du dessus de l'assiette, que l'en-dessous de l'assiette se fasse automatiquement.

    * Pour la tasse :
    J'ai appliqué une certaine quantité de pâte autodurcissante à l'air sur une grosse perle fantaisie évasée, avec une bonne épaisseur tout de même.
    Une fois sec, j'ai démoulé, en découpant avec un scalpel le bord, de façon à ce que la pâte se détache bien de la perle et pour que la tasse soit bien régulière en haut.  J'ai démoulé.
    Un petit coup de ponçage sur l'extérieur de la tasse avec du papier de verre, de la peinture acrylique blanche et bleue pour la finition.
    J'ai ajouté un trombone blanc recourbé pour faire la anse de la tasse.
    J'ai également fait un moulage d'une perle, dont j'ai rebouché au préalable le trou, avec du latex pour essayer de faire mes prochaines tasses plus vite, et avec de la pâte Fimo.
    Je pourrai ainsi faire les anses en Fimo également.


    2 commentaires
  • les Jouets abandonnés - Filles.

    (cliquer sur les photos pour les agrandir)

    Vue d'ensemble.
    Cette mini-vitrine représente une salle de jeux de filles remplie de joujoux abandonnés.
    J'ai fait moi-même le boîtage de cette vitrine.
    Une planchette en bois constitue le parquet de celle-ci, les parois et le plafond sont constitués d'Isorel (récup' de tiroirs usagés).
    Le parquet, teint au Brou de noix et ciré, a été tracé au cutter et au stylo bille directement sur le fond de la boîte en bois.
    Les murs ont été recouverts d'un imprimable trouvé sur Internet, imprimé et collé à la colle vinylique diluée à l'eau.

     

    Vue d'ensemble.
    Les tons restent volontairement dans le rose et le mauve.
    Sur le sol, on distingue : une poupée dans sa poussette, un nounours rose en fils chenille (tutoriel Ours en peluche en fil chenille dans la rubrique "Tutoriaux"), une maison de poupées, un doudou lapin en tissu, un Zébulon-diablotin qui sort de sa boîte, une paire de patins à roulettes (tutoriel Patins à roulettes en Fimo dans la rubrique "Tutoriaux"), un houla-hoop (tutoriel Houlahoop pour enfant en fil de scoubidou dans la rubrique "Tutoriaux"), et pleins d'autres joujoux dans un coffre en bois blanc.

      

    Vue d'ensemble.
    L'ours en peluche était, à l'origine, marron clair.  Il a été trempé dans un bain de peinture acrylique rose diluée à l'eau et doté d'un noeud mauve.
    Dans le coffre à jouets blancs, on entrevoit d'autres joujoux : un nounours blanc à chapeau en Fimo, un xylophone, une boîte de cubes puzzle, un culbuto souris, une raquette en plastique et son ballon attaché, et une corde à sauter (tutoriel Corde à sauter dans la rubrique "Tutoriaux").
    Le tout est entassé dans un coffre à jouets blanc, au milieu d'une couverture rose et blanche faite au crochet.

     

    Les jouets.
    La maison de poupées est réalisée en Balsa, ses fenêtres et sa porte sont en cartonnette.
    Le toit est entrouvert et la devanture est largement ouverte, afin de laisser apercevoir l'intérieur des pièces qui sont tapissées et meublées.

     

    Les jouets.
    Aucun jouet ne provient du commerce, ni d'oeuf Kind**.
    Tous les jouets sont fait main, y compris :
    * le doudou lapin qui est cousu main et qui m'a bien donné, c'est le cas de le dire, du fil à retordre,
    * la poupée que j'ai du sculpter dans de la pâte autordurcissante à l'air,
    * la poussette de la poupée que j'ai faite avec des tiges d'aluminium, de la Fimo et du tissu.
    Les tutoriels pour réaliser la corde à sauter, les patins à roulettes, le nours rose et le houla-hoop sont d'ailleurs disponibles dans la rubrique "Tutoriaux".

      

    La maison de poupées.
    Dans la chambre : un lit avec son couvre-lit et ses 2 oreillers, une garde-robe, une table de chevet et sa lampe de chevet.
    Dans la salle de bains : un meuble de salle de bains et son lavabo et robinet, un tapis, des WC.
    Dans le salon on peut voir : un canapé, une table basse et une plante posée dessus, un meuble de télévision et sa télévision.
    Dans la cuisine : une chaise, une table et sa nappe à carreaux.
    Cette maison est très basique et composée de 4 pièces seulement : une chambre, un salon, une salle de bains et une cuisine.  Elle est meublée, mais pas totalement.


    On peut voir dans sa version finale (gauche),
    qu'il y a un toit et un "panneau d'ouverture",
    2 fenêtres et 1 porte sur ce même panneau,
    et, 2 fenêtres sur les côtés de l'étage.

     

    La poupée.
    La poupée dans sa poussette a été faite en pâte autodurcissante à l'air puis peinte à l'acrylique.  Ses cheveux sont de la laine que j'ai "peignée" pour séparer les brins.
    La prochaine fois que j'en refais une, elle sera sûrement en pâte Fimo, car c'est quand même plus facile à modeler (alors que là, j'ai du faire l'opération inverse : bâtir une forme grossière puis sculpter tous les détails).
    Son chapeau est tressé dans du raphia, sa robe est cousue en partie et collée à même le corps pour le reste.
    La poussette est réalisée avec des tubes d'aluminium et de la Fimo.  Elle n'a pas été simple à réalisée.

     

    Le doudou lapin.
    Le doudou lapin m'a donné bien du mal. 
    3 essais : cousage, décousage, recousage et arrachage de cheveux au passage, j'ai failli l'écarteler de rage !
    Et comme c'est un forgeant qu'on devient forgeron, le prochain doudou, je le ferai plus petit et j'utiliserai du fil transparent, pour des coutures plus discrètes.
    Afin de vous donner une idée de l'échelle du doudou lapin, j'ai placé une allumette à côté de celui-ci lors de sa séance photos.

      

    Le doudou lapin.
    Au final, on peut voir le doudou lapin assis et adossé bien sagement (vu comment j'ai failli le trucider lors de sa difficile réalisation, il n'osait plus broncher Clin d'oeil) contre la maison de poupées.

     

    Le coffre à jouets.
    A l'intérieur du coffre à jouets, on peut voir la raquette en plastique jaune et son ballon multicolore, la boîte de cubes puzzle, un des deux patins à roulettes, la couverture rose et blanche réalisée au crochet, le culbuto souris grise, le xylophone, le nounours blanc à chapeau mauve en Fimo et la corde à sauter.
    Adossé et assis contre le coffre, le nounours rose.
    Sur le côté, à droite du coffre, un Zébulon diablotin surgit de sa boîte.


    votre commentaire
  • le Vaisselier rouge de Selma.

    (cliquer sur les photos pour les agrandir)

    Vue d'ensemble.
    Cette mini-vitrine s'articule uniquement autour d'un meuble : un vaisselier rouge réalisé entièrement articulé.
    Le sol est composé de carrelage en cartonnette blanche, volontairement sali.
    Les murs sont composés de papier peint représentant des pommes rouges et vertes.
    Deux cadres représentant des corbeilles de pommes (un cadre avec pommes vertes et un cadre avec pommes rouges) sont d'ailleurs accrochés au mur de gauche.
    Deux pots rouge et blanc contenant respectivement du sucre et du café trônent sur une étagère (mur de droite) et rappellent le rouge du vaisselier.

     

    Vue d'ensemble.
    Puisque cette mini-vitrine s'articule autour d'un vaisselier rouge, les couleurs dominantes choisies sont le rouge, le blanc, avec un soupçon de vert.
    Le papier peint représente des pommes rouges et vertes, deux cadres représentant également des pommes rouges et vertes sont placés sur le mur de gauche, tandis que deux pots rouge et blanc sont disposés sur une étagère sur le mur de droite, tous rappellent ainsi les couleurs dominantes.
    Le vaisselier entièrement articulé est fait de Balsa, teinté au Brou de noix, puis ciré avec de la cire pour meuble pour les parties bois, certaines parties sont par contre peintes en rouge (façade des portes et tiroirs).
    Du rhodoïd figure les portes vitrées.

     

    Le vaisselier articulé.
    L'idée de départ de cette vitrine était de procurer à Selma le vaisselier de ses rêves, vaisselier qu'elle ne trouvait pas au 1/1 dans le commerce.
    Comme je l'ai précisé précédemment, le vaisselier a été conçu entièrement articulé.
    Toutes les portes et tiroirs s'ouvrent.
    Cependant, au final, certaines portes et tiroirs seront collés, pour éviter qu'ils ne passent leur temps à s'ouvrir et se fermer lorsqu'on bouge la vitrine.
    Les portes vitrées du haut sont simulées avec du Rhodoïd.

     

     

    Vue d'ensemble.
    Une vue d'ensemble sans le cadre.
    Le haut du vaisselier est garni de denrées alimentaires, notamment de denrées servant au petit-déjeuner : sucre, café, filtres, etc.
    Le bas et le milieu du vaisselier sont garnis de vaisselles et d'ustensiles de cuisine : assiettes, tasses, couverts, etc.
    Un couteau est tombé sur le sol, au pied du vaisselier.
    Sur les côtés une étagères et ses pots de sucre en poudre et café, ainsi que des livres de cuisine, deux cadres "nature".

      

    Vue d'ensemble.
    Une photo où l'on peut apercevoir les deux cadres "pommes" ainsi que l'étagère contenant les pots de sucre en poudre et de café rouges et blancs.

    Le torchon à vaisselle, négligemment posé sur la porte gauche du placard, a été coupé dans un tissu qui, par ses couleurs (rouge et vert), rappelle les pommes vertes et rouges du papier peint, les deux cadres accrochés au mur ainsi que les couleurs dominantes choisies (rouge, blanc et une touche de vert).

     

     

     

    Le buffet garni.
    Le haut du vaisselier est garni de denrées alimentaires :
    * paquet de café,
    * paquets de sucre en poudre et en morceaux,
    * paquet de farine,
    * filtres à café,
    * huile,
    * 2 coquetiers,
    * sel et poivre.
    Vous pouvez retrouver les imprimabes qui ont servi à créer les paquets de café, de sucre, de farine ou le paquet de filtres dans la rubrique "Imprimables" (imprimables pâtisserie, petit déjeuner).

    La salière et le poivrier sont coupés dans le réservoir en plastique transparent d'un stylo bille usager auxquels j'ai ajouté une demi-boule de Fimo percée avec une tête d'épingle, puis repeint avec de la peinture à maquette métallique.
    J'ai rempli l'intérieur de café moulu pour le poivre et de perles de rocaille transparentes pilées au marteau pour le sel.
    Le litre d'huile est constitué d'une ampoule en plastique de liquide physiologique et de pâte autodurcissante à l'air repeint en jaune sur lequel j'ai collé un imprimable d'huile.
    Les coquetiers sont constitués de fil de fer mis en forme autour du bout d'une aiguille à tricoter et de pâte Fimo rouge.
    Les filtres sont découpés dans de vrais filtres.  J'ai pris la peine de reproduire les marques qu'on voit sur les bords des vrais filtres avec une pince.

    Le buffet garni.
    Le milieu du vaisselier est garni de vaisselles et de couverts réalisés en pâte autodurcissante à l'air (
    assiettes, tasses) ou en Fimo (couverts) :
    * une théière,
    * 2 tasses à café,
    * 5 assiettes,
    * 2 verres,
    * des cuillères, fourchettes et couteaux (dans le tiroir entrouvert).
    Vous pouvez retrouver le tutoriel pour créer les 
    assiettes ainsi que le couteau avec le manche en bois dans la rubrique "Tutoriaux".

    Le couteau de cuisine à gauche de la théière est fait avec la méthode du fil d'étain aplati (tutoriel Couteaux, cisailles dans la rubrique "Tutoriaux"), le manche est fait avec un morceau de pic brochette.
    La théière est faite en Fimo blanche, sur laquelle j'ai collé grâce à la méthode du serviettage un motif de rose.  Le bouton du couvercle de la théière est fait avec un remontoir de montre.
    Les assiettes (tutoriel Assiettes en pâte autodurcisssante dans la rubrique "Tutoriaux") et les tasses sont faites en pâte autodurcissante à l'air.
    Les verres sont des capuchons qui recouvrent les gommes de critériums jetables. 

    Le buffet garni.
    Le bas du vaisselier contient quelques ustensiles de cuisine (uniquement dans le côté du placard resté ouvert, l'autre étant vide et fermé) :
    * une casserole et son couvercle,
    * une poêle et une cuillère à sauce.
    La poêle, la cuillère à sauce et la casserole ont été faites en Fimo et repeintes à la peinture pour maquette métallique, les manche sont des morceaux de pic brochette.

     

    L'étagère.
    Sur l'étagère de droite réalisée en Balsa et teintée au Brou de noix, des livres de cuisine et deux pots rouge et blanc qui abritent sucre et café. Ils ont également été faits en Fimo et peints à l'acrylique, les étiquettes sont faites sur Word.
    Les couleurs des pots rappellent le rouge du buffet et le blanc du carrelage.
     

    1 commentaire